documenta gGmbH

La documenta und Museum Fridericianum gGmbH est une association d’intérêt public, gérée et financée conjointement par la ville de Cassel et l’État de Hesse, avec le soutien financier de la Kulturstiftung des Bundes.

En 1955, Arnold Bode, peintre et professeur à l’Académie de Cassel cherchait, par une « présentation de l’art du xxe siècle », à renouer le dialogue entre l’Allemagne et le reste du monde, afin de réinstaller son pays sur la scène internationale de l’art.

Avec la collaboration d’une « Association de l’art occidental du xxe siècle » (Gesellschaft Abendländischer Kunst des XX. Jahrhunderts e.V.), il présenta dans les ruines du Museum Fridericianum les représentants « classiques » de l’art moderne – vilipendé par le régime nazi sous l’étiquette d’« art dégénéré » (entartete Art) – et jamais encore présentés en Allemagne.

La première documenta fut ainsi une rétrospective, avec des œuvres de tous les mouvements importants (Fauvisme, Expressionnisme, Cubisme, Blaue Reiter et Futurisme) et des génies solitaires (Pablo Picasso, Max Ernst, Hans Arp, Henri Matisse, Wassily Kandinsky et Henry Moore). Ce parcours à travers l’histoire de l’art de la première moitié du xxe siècle permit de présenter, à côté des classiques du modernisme, les fondateurs allemands de l’art moderne tels que Paul Klee, Oskar Schlemmer ou Max Beckmann.

Un besoin pressant de rattraper le temps perdu poussa 130 000 visiteurs à venir cette année-là à Cassel pour assister à cette présentation, à la fois rétrospective et forum de l’art actuel.

Encouragé par ce succès inattendu, Bode planifia pour 1959 une deuxième exposition, créant du même coup le cycle de présentation de la documenta de Cassel, organisée et gérée depuis 1959 par une S.A.R.L., en partenariat avec la ville de Cassel et l'État de Hesse.

Arnold Bode assura la direction de cette institution jusqu’à la documenta 4, en 1968, en collaboration avec des historiens et critiques d’art renommés tels que Werner Haftmann, Will Grohmann, Werner Schmalenbach et Max Imdahl, pour des expositions considérées de plus en plus comme des sismographes enregistrant les évolutions de l’art contemporain.

L’arrivée de Harald Szeemann au poste de « secrétaire général », en 1972, marqua l’avènement d’une nouvelle conception de la direction artistique. Un jury international, réuni par le conseil de surveillance de la documenta gGmbH, nommait désormais chaque année un directeur artistique nouveau – qui fut en 1997, pour la première fois, une directrice en la personne de Catherine David. Chaque documenta était désormais marquée par les idées et les conceptions personnelles d’un commissaire d’exposition unique, devenant ainsi non seulement le forum des tendances actuelles de l’art contemporain (ce qu’elle était déjà), mais aussi un laboratoire de conceptualisation innovante.

Chaque documenta a donc orienté en quelque sorte le débat international sur l’art vers de nouvelles voies. Au fil des dernières décennies, l’institution « documenta » s’est aussi établie comme une entreprise allant bien au-delà de la simple présentation de ce qui existe. Les grands débats du monde international de l’art se concentrent ainsi tous les cinq ans à Cassel, dans le « Musée des cent jours ». Lors de ces échanges et grâce à la dynamique des discussions sur la conception de chaque documenta, autour de sa directrice ou de son directeur artistique, se reflètent les attentes de la société contemporaine dans le domaine de l’art.

documenta Archive

Dès 1961, à l’initiative d’Arnold Bode la ville de Cassel a fondé les « Archives documenta » (documenta Archiv). Elles possèdent aujourd’hui une importante bibliothèque sur l’art des xxe et xxie siècles, et conservent les travaux précieux, les photographies et les correspondances de toutes les expositions documenta passées ; une documentation de presse exhaustive ; et des archives média en expansion continue. Les fonds posthumes d’Arnold Bode, Hans Hillmann et Harry Kramer, de même que le fonds anthume de Floris M. Neusüss ont désormais trouvé leur place dans ces Archives documenta.

Le 15 juillet 2015 aura lieu la remise symbolique des « Archives documenta » à la documenta und Museum Fridericianum gGmbH. L’objectif est de mettre en avant l'envergure internationale de cette institution unique, et de la développer dans les années à venir, en coopération avec l’université de Cassel, en vue de la création d’un documenta Institut.

documenta Halle

La documenta Halle est un bâtiment d’expositions et de manifestations culturelles, conçu et réalisé en 1992 par le bureau d’architecture « Jourdan & Müller (PAD) », sur le Friedrichsplatz de Cassel. Elle appartient aujourd’hui au Land de Hesse, et elle est gérée par la documenta und Museum Fridericianum gGmbH.

La halle offre 1 400 m2 de surface d’exposition et environ 700 m2 de surfaces annexes pour des bureaux, un dépôt et un espace gastronomique. À chaque année de documenta, la halle est naturellement à la disposition des exposants. En dehors de cette période, elle est utilisée pour des manifestations en tous genres : congrès et séminaires, présentations et conférences, événements et soirées, etc.

www.documentahalle.de

International Friends of documenta

International Friends of documenta se veut un cercle d’amis de l’art contemporain, dans la perspective du mécénat classique. Il réunit des personnes du monde entier liées par la passion et la promotion de l’art contemporain sur le plan international, partageant dans cette perspective les objectifs et les valeurs de la documenta. Le soutien et l’accompagnement de la direction artistique, avec la ferme résolution de renouveler radicalement la formulation et la réalisation de chaque exposition, est ici à l’ordre du jour.

International Friends of documenta s’entend comme un réseau de soutien dont les membres se rencontrent régulièrement à différentes occasions et accompagnent le processus des expositions à venir de la documenta. La participation se fait sur invitation de la documenta und Museum Fridericianum gGmbH.